Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie de la distillation se développait à un rythme incroyable. Les distilleries avaient enfin du whisky vieilli qui pouvait rivaliser avec le whisky et le rhum importés. Il n’y avait aucune limite à leur capacité de distiller une fois la guerre terminée et les consommateurs achetaient du Bourbon et du whisky de seigle presque aux niveaux d’avant la prohibition. Sur cette croissance, quatre entreprises contrôlaient plus de la moitié de la production de whisky aux États-Unis. Ces sociétés étaient Schenley Distilleries, National Distillers, Hiram Walker et Seagram. Comment sont-ils arrivés à ce statut et que leur est-il arrivé?

Schenley Distilleries a été fondée pendant la Prohibition. Lewis Rosenstiel avait acquis la distillerie Schenley en Pennsylvanie et sa licence de vente de spiritueux médicinaux. Il a ensuite commencé à acquérir d’autres distilleries pour leurs marques et leurs stocks de vieillissement. À la fin de la Prohibition, Schenley avait acheté le Geo. Distillerie T. Stagg à Frankfort, Ky., la distillerie James E. Pepper à Lexington, Ky. et la distillerie Squibb à Lawrenceburg, Ind. Ils avaient également acquis les marques et les stocks existants pour le Jos. Finch rye et cherchaient à se développer davantage. Quelques années après la fin de la Prohibition, ils se sont développés en achetant la distillerie Bernheim, à Louisville, dans le Kentucky., et la distillerie de rhum de la Nouvelle-Angleterre à Covington, Ky. ainsi que l’achat de la Géo. A. Whisky « Cascade » de marque Dickel. Pendant la guerre, ils ont commencé à acquérir de nombreuses petites distilleries dans le Kentucky et ailleurs. À la fin de la guerre, elles étaient la plus grande des « Quatre grandes entreprises ». Schenley a survécu jusqu’à la mort de Rosenstiel dans le 1978. La personne qui est venue contrôler Schenley a écrit sa thèse de MBA sur la façon de gagner de l’argent en vendant des entreprises au coup par coup et c’est exactement ce qu’il a fait à Schenley. En 1987, les parties de la société ont été vendues à ce qui est devenu Diageo.

National Distillers a été créé lors de la prohibition des Spiritueux médicinaux américains, qui a été formé à partir de l’ancien whiskey trust. Ils avaient une licence pour vendre des spiritueux médicinaux et contrôlaient en fait la plus grande partie de ces ventes pendant cette période. Ils possédaient des marques comme Old Crow, Old Taylor, Sunnybrook, Old Grand Dad, Mount Vernon Rye et Old Overholt. Ils ont continué à se développer après l’abrogation, ouvrant de nombreuses distilleries qui avaient été fermées pendant la prohibition, mais se développant avec de nouvelles distilleries pour des marques existantes comme Hill & Hill. Au cours des années 1970, leurs ventes stagnent et National commence à fermer des distilleries. Au milieu des années 1980, la société a été vendue à American Chemical qui possédait Jim Beam.

Hiram Walker était une entreprise canadienne. Après l’abrogation, ils sont entrés sur les marchés des États-Unis en construisant une immense distillerie à Peoria, dans l’Illinois, et ont commencé à vendre dix Bourbon élevés. Ils avaient quelques autres marques, mais leur force était toujours le Canadian Club Whisky canadien. Dans les années 1980, Hiram Walker a acheté la marque et la distillerie du fabricant à la famille Samuels, mais à la fin du siècle, cette société a également été vendue et les marques vendues à d’autres sociétés.

Seagram est une autre entreprise canadienne. Après l’abrogation, ils ont décidé d’entrer sur les marchés américains en construisant une immense distillerie à Louisville. Pendant la guerre, ils ont acquis la distillerie de Frankfort avec sa marque Four Roses et ses distilleries. Ils ont également acquis la marque et la distillerie Henry McKenna. Dans les années 1950, ils possédaient les deux distilleries Four Roses à Louisville, au Kentucky., la distillerie McKenna à Fairfield, Ky., la distillerie Atherton à Athertonville, Ky., la distillerie Four Roses à Lawrenceburg, Ky. et une distillerie Seagram à Lawrenceburg, Ind. Étant une entreprise canadienne, ils ont concentré leurs ventes sur le whisky mélangé tel que 7 Crown et ils ont transformé Four Roses en un whisky mélangé. Leur marque phare a continué d’être Crown Royal Canadian. Ils ont survécu jusqu’à la fin du 20ème siècle, mais ils ont ensuite été vendus à Diageo qui a à son tour vendu la marque Four Roses et la distillerie à Kirin du Japon.Les Quatre Grands étaient en effet d’énormes entreprises après la guerre, mais à la fin du 20e siècle, elles ont toutes cessé d’exister. Malgré cela, les marques qu’ils ont construites sont toujours avec nous aujourd’hui. Le déclin des ventes de Bourbon dans les années 1960, 70 et 80 leur a fait mal et elles ne sont devenues que marginalement rentables dans leur ensemble, mais après la scission et la vente de ces sociétés, on s’en souvient encore à travers les marques qu’elles contrôlaient autrefois.

Photos gracieuseté de Rosemary Miller

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.